Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un contenant de 500 l explose à 12h35 dans une salle de nettoyage ; 1 décès et 1 blessé sont à déplorer. Le bâtiment comprend 2 chambres séparées : une « salle de nettoyage des contenants » non protégée contre les explosions, ainsi qu’une « chambre de mélange » protégée contre celles-ci.

Dans la matinée, le chef d’équipe avait transféré un conteneur en attente d’être nettoyé dans la chambre de nettoyage. Le conteneur était clairement étiqueté comme pouvant contenir des résidus de pentane et / ou une atmosphère explosive ; il aurait donc dû être transféré dans la chambre de mélange protégée contre les explosions selon les instructions de travail. Un intérimaire (sous-traitant) reçoit l’ordre de nettoyer le réservoir : il ouvre le haut du récipient, installe le cône de nettoyage, insère la tête de buse et lance le processus de nettoyage à la vapeur (80 °C). Les traces de pentane liquide dont la température d’ébullition est de 36 °C se vaporisent sous l’effet de la vapeur, produisant un mélange dangereux de gaz inflammable / air et une forte odeur. Le sous-traitant quitte la salle de lavage et informe un autre employé qui entre dans la pièce et réactive le système de lavage, provoquant l’explosion (VCE avec allumage du nuage de vapeur dans l’armoire électrique sur un relais ou un contacteur électrique 220 V). Les 2 hommes sont gravement brûlés, l’un d’eux décédant à l’hôpital 5 jours plus tard. Les dommages matériels importants sont évalués à 500 Keuros.

L’enquête montre plusieurs manquements graves dans le système de gestion de la sécurité : insuffisance d’analyse de risque sur incidents ou écarts par rapport aux conditions normales d’opération, pas de procédure détaillée pour le traitement du pentane, manque de formation du personnel… L’exploitant réalise une analyse des risques du procédé et améliore ses procédures relatives à la manipulation de substances inflammables et à l’acheminement des GRV au nettoyage. Des sprinkleurs sont installés dans la salle de nettoyage en cause, asservis à une alarme d’évacuation et à une commande d’arrêt automatique du circuit de gaz liquide du site.