Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 9h30, une exploitante agricole signale un panache de fumée dans un bâtiment agricole de 400 m² abritant du fourrage et 19 t d’engrais. Les pompiers déploient plusieurs lances à eau pour refroidir l’engrais qu’ils ont du mal à localiser. Une partie du fourrage est évacuée à l’aide d’un engin de l’exploitation. En raison du risque d’explosion, un périmètre de sécurité de 400 m est établi et le maire, de part ses pouvoirs de police, ordonne à 12h30 l’évacuation de 102 personnes vers la salle communale d’une municipalité voisine.

Plusieurs services de l’Etat sont consultés à 14h30 : la DDT, l’ARS et l’ONEMA au sujet du risque de pollution par les eaux d’extinction, la DREAL sur le reconditionnement et le traitement des engrais. L’association de pêche locale également informée surveille un ru ayant accueilli les eaux d’extinction polluées, à la recherche d’éventuels poissons morts ; aucune pollution visible du milieu naturel par les eaux d’extinction n’est toutefois constatée. Les habitants rejoignent leur logement à 16 h. Le bâtiment agricole est détruit. La station d’épuration voisine n’est pas atteinte.

Selon la presse, deux adolescents auraient mis le feu à un ballot de paille le 22/02. Le feu aurait alors couvé pendant 2 jours avant d’être détecté par l’exploitante.