Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un incendie se produit vers 21h30 dans une entreprise de papiers et cartons soumise à autorisation. Une fois l’incendie maîtrisé, les pompiers constatent que la dalle béton sur laquelle se trouvaient initialement 15 t de papiers s’est soulevée d’une quinzaine de cm ; 3 employés situés à 15 m affirment avoir entendu une explosion et vu un flash (flux thermique intense de quelques secondes). Des mesures de détection ont permis d’écarter rapidement l’hypothèse d’une fuite de gaz. Des travaux d’excavation effectués les jours suivants révèlent la présence de cylindres identifiés par les service de déminage comme étant de la poudre propulsive.

Une auto-initiation de la poudre est vraisemblablement à l’origine de l’incendie, son confinement provoquant l’explosion. En effet, la poudre a pu progressivement consommer son stabilisant, puis la nitrocellulose qu’elle contenait s’auto-enflammer.

La société est en effet localisée sur une parcelle à l’emplacement d’anciens magasins à poudres lors des activités “défense” du site, zone ayant de plus été bombardée en 1944. Cet événement a pu causer la désorganisation du magasin et un enfouissement de poudre dans les sols environnant l’explosion. Les travaux de démantèlement des installations de stockage pourraient également être à l’origine de la dissémination de poudre sur le site. Les terrains ont été cédés à la ville de Toulouse en 1972 où s’est ensuite développée une zone industrielle.