Pollution
Humain
Environnement
Economique

A la suite de pluies intenses pendant deux jours, un pisciculteur trouve des animaux morts dans son établissement, en commande en remplacement et constate une nouvelle mortalité le lendemain. Il donne alors l’alerte. Les pompiers observent une mortalité de poissons sur 1 300 m de la GIGNE, cours d’eau de première catégorie, large de 60 à 80 cm à cet endroit. Un pH voisin de 4 est mesuré en amont jusqu’au niveau d’un chantier routier, les valeurs normales oscillant entre 6 et 8?5 dans le secteur. Prévenus par les pompiers, le maire demande aux agriculteurs d’éloigner les animaux du cours d’eau, et l’exploitant d’un captage d’eau potable 8 km en aval suspend les prélèvements. Les services de secours du département situé en aval (CODIS 14) sont également alertés, ainsi que la direction régionale de l’agriculture (DRAAF).

Le 20/09, l’ONEMA attribue l’abaissement du pH du cours d’eau au lessivage par les précipitations des granulats du lit drainant récemment mis en place sur le chantier routier. Ce phénomène d’acidification est observé sur les eaux d’exhaure des carrières en zones granitiques où une neutralisation du pH est obligatoire. Le chantier ne disposait pas d’un dispositif de ce type. L’ONEMA, la direction régionale de l’environnement (DREAL), le maître d’ouvrage routier (conseil général), l’entreprise de travaux et la police de l’eau se réunissent pour analyser l’accident.