Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un feu se déclare vers 22h20 dans une cellule de 600 m² contenant des déchets industriels dangereux composés de 20 t de pâteux chlorés, 6 t de produits chimiques, 1 t d’eau souillée, 18 palettes de produits chimiques d’un laboratoire, 3 t de révélateur, des piles, des batteries et du matériel pollué, dans un centre de valorisation de 1 800 m². Vu le caractère inflammable des déchets, les pompiers mobilisent 45 hommes, 4 fourgons et un véhicule de détection des risques chimiques pendant que la gendarmerie interdit les accès au site. Les pompiers protègent 2 autres cellules du bâtiment et éteignent l’incendie vers 1 h avec 5 lances dont 2 sur échelle ; ils surveillent les lieux jusqu’au soir. Les réseaux d’eaux du site sont isolés afin de récupérer les eaux d’extinction polluées. La cellule de 600 m² est détruite, ainsi que le poids-lourd et le chariot élévateur qu’elle abritait. Il n’y a pas de mesure de chômage technique. Un élu s’est rendu sur place. La gendarmerie privilégie l’hypothèse accidentelle. Deux bâtiments abritant la zone de transit des déchets dangereux (filtres à huiles, huiles usagés) ainsi que 3 camions avaient déjà été détruits par un incendie en mai 2010 sans que la gendarmerie n’en détermine la cause (ARIA 38143).