Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un poids-lourd se rendant de Tours à Amiens s’arrête sur une base logistique pour faire compléter son chargement. A l’ouverture de la remorque à 22h50, 4 employés sont incommodés par des vapeurs provenant du renversement des colis pendant la 1ère partie du transport. Deux bidons en plastique de 30 l contenant respectivement de l’acide chlorhydrique (HCl) et du dichlorométhane (CH2Cl2), chargés sur une palette non filmée, se sont couchés et les liquides ont fui au niveau du bouchon. Le poids-lourd et le fret sont stoppés jusqu’à 2 h. Les employés incommodés sont examinés et gardés en observation par les pompiers durant le même temps.

Une enquête interne met en évidence une anomalie relative aux conditions de manutention : la palette de bidons incriminée avait été chargée par un employé de l’équipe d’après-midi qui n’intervient pas sur ce type de chargement et par ailleurs, les plombs ont été apposés par l’équipe de nuit qui n’a pas vérifié l’arrimage.

A la suite de l’événement, le transporteur décide de renforcer la formation des opérateurs, d’afficher les consignes de manutention sur les quais et dans les véhicules, de rappeler l’importance du calage et de faire réaliser les plombages au moment du chargement. Le plan d’actions exige désormais que le plombage soit effectué après chargement et vérification de l’arrimage, par la même équipe.