Pollution
Humain
Environnement
Economique

Lors de sa ronde quotidienne vers 17h30, l’exploitant d’une usine fabriquant du sucre découvre que le bassin n° 3, situé sur son périmètre et recueillant les effluents de l’établissement voisin, est presque vide alors qu’il aurait dû en contenir 30 000 m³. Il constate alors la présence d’un orifice en fond de bassin, un phénomène de vortex et un bruit de chute d’eau dû à l’écoulement des effluents dans un vide sous le fond de bassin. Selon l’exploitant, la quantité d’effluents encore présente dans le bassin est faible.

Le trou qui s’est formé est dû à une réparation qui n’a pas été réalisée dans les règles de l’art en 2009. Cette réparation n’a pas assuré l’étanchéité du bassin qui accueillait les eaux acides provenant de l’établissement voisin. Les analyses de ces eaux effectuées 2 semaines plus tôt donnent les valeurs suivantes : pH = 4,4, DCO = 6 651 mg/l, Na2O = 849 mg/l et Cl = 520 mg/l. Les infiltrations d’eaux acides sous le bassin ont généré une cavité qui s’est effondrée sous le poids de l’eau et a entraîné sa vidange dans la nappe. Les contrôles par radar puis les contrôles destructifs ont révélé la présence d’une cavité de 3 mètres de profondeur en une multitude de petits canaux. Le 29/04, l’inspection des installations classées propose au préfet un arrêté de suspension pour le bassin qui est signé le 17/05.