Pollution
Humain
Environnement
Economique

Lors d’une livraison vers 11h15 dans une station de potabilisation d’eau, 400 l de polychlorosulfate d’aluminium sont transférés par mégarde d’un GRV dans une cuve en plastique contenant 400 l d’eau de Javel (NaClO). Une réaction chimique s’amorce, avec émission de chlore (Cl2) à l’atmosphère et cristallisation du mélange liquide dans la cuve.

Les secours mettent en place un périmètre de sécurité. Le nuage toxique de Cl2 formé incommode le chauffeur du camion qui fera l’objet d’un arrêt de travail de 11 jours, l’employé de la station, 2 riverains et 1 pompier intervenant sous ARI. Les 4 premiers sont hospitalisés par précaution. La cuve et le local sont ventilés. Les effluents de nettoyage et les déchets (2 m3) sont récupérés dans des GRV.

La trentaine de pompiers mobilisée intervient tout l’après-midi pour tenter de remettre en service la station. Dans la soirée, le réseau est coupé par précaution et les services sanitaires effectuent des prélèvements ; 1 400 foyers répartis sur 10 communes sont concernés. L’établissement informe le public et la presse, puis distribue des bouteilles d’eau. Selon la presse, l’information du public aurait été longue, le dispositif d’appel automatique excluant les personnes ne disposant pas d’une ligne fixe.

Le 16 août, les analyses de l’agence régionale de santé indiquent que la pollution est résorbée. L’eau sera à nouveau consommable à partir de 14 h. Le Cl2 fortement corrosif a endommagé les installations, automatismes et compresseur d’air en particulier ; les dommages matériels seraient évalués à plus de 50 K€.

Selon le livreur, plusieurs causes d’origine organisationnelle sont à l’origine de l’accident : bon de livraison non contrôlé par le réceptionnaire, étiquetage du GRV non vérifié par le chauffeur, étiquettes masquées par la barre du camion, contrôles réciproques des branchements non réalisés, cuve de Javel du client dépourvue d’étiquette. Des actions correctives sont mises en place : nouvelle sensibilisation des chauffeurs sur les règles de dépotage, interdiction de dépoter en l’absence du réceptionnaire, double contrôle réciproque obligatoire des branchements avant tout dépotage formalisé par la mise en place d’un tampon contrôles camion / cuve et double signature, contrôle et remontée d’information sur les installations clientes avec l’utilisation d’un document spécifique (fiche liaison conducteur), étiquetage sur le haut de la vanne pour les GRV compressibles, obligation d’avoir son masque à cartouche filtrante à portée de main.