Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une péniche de 39 m transportant 335 t de graviers coule dans la SEINE au niveau du pont d’Iéna. Le bateau contient 1 600 l de fioul et d’huile. Une irisation non récupérable est observée. La circulation fluviale est perturbée. Une irisation superficielle est de nouveau repérée le 10 août lors des opérations de renflouement. Les pompiers s’assurent de l’efficacité d’un barrage installé le 7 août.

La cause directe du naufrage est l’envahissement des compartiments situés sur l’avant de la cloison d’abordage du bateau par de l’eau qui y a pénétré par des ouvertures, insuffisamment protégées, se trouvant sous la plate-forme avant (veule).

Dans un rapport d’enquête le BEA-TT indique que 2 facteurs ont joué un rôle déterminant dans cet accident :

  • le chargement un peu trop élevé et l’assiette négative de la péniche concernée ;
  • l’implantation de la cloison d’abordage.

L’analyse des circonstances et des causes de ce naufrage conduit le BEA-TT à adresser à la direction générale des infrastructures, des transports et de la mer 2 recommandations portant sur :

  • la maîtrise des chargements et le respect des francs-bords et des distances de sécurité ;
  • les conditions d’application aux bateaux de marchandises anciens des prescriptions techniques relatives au positionnement des cloisons d’abordage.

Par ailleurs, le BEA-TT appelle l’attention des bateliers sur l’importance du respect des limites autorisées d’enfoncement, y compris de celles éventuellement portées sur le certificat communautaire concerné, ainsi que sur les dangers que peut présenter une assiette excessive (pratique courante pour améliorer la manoeuvrabilité de l’ensemble).

Après le naufrage, la péniche est réparée. Elle est rebaptisée et vendue à un nouveau propriétaire.