Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une explosion de produit pulvérulent organique dans une usine de produits amylacés est entendue à 17h05 jusqu’aux premières zones habitées à 500 m de l’établissement répertorié SEVESO seuil bas. L’exploitant en localise rapidement l’origine au niveau des filtres de l’un des sécheurs de protéines (type gluten) situés au 3ème étage d’une tour de séchage de 18 m de hauteur contenant 10 t de protéines. Un feu s’est déclaré sur ce sécheur à la suite de l’explosion. Les systèmes de sécurité en place fonctionnent avec l’ouverture des évents de surpression et déclenchement des systèmes automatiques de sécurité incendie de l’installation.

Le POI est déclenché et le seul salarié présent affecté au sécheur est évacué. L’intervention du SDIS mobilise une trentaine de pompiers avec 4 lances dont l’une sur échelle. La maîtrise de l’incendie est confirmée à 18 h, l’incendie étant définitivement éteint les heures suivantes et le POI levé à 20h40. L’intervention s’achève après constat de l’absence de tout point chaud dans la tour. Aucune victime n’est à déplorer et aucune mesure de chômage technique n’est prévue. Hors nuisance sonore, il n’y a pas eu de conséquence environnementale. La gendarmerie s’est rendue sur les lieux. Le coût des dommages se limite au nettoyage et à la remise en état du sécheur, les pertes d’exploitation n’étant pas significatives (3 autres sécheurs disponibles).

Le sécheur accidenté avait été mis en service en 2008 et une étude des dangers globale du site était attendue pour octobre 2010. L’installation était en marche normale lors des faits, les manches du filtre ayant été remplacées 48 h avant l’accident et l’installation remise en service 24 h plus tard.

Selon l’exploitant, une plaque fixée dans la partie supérieure du pré-filtre a été retrouvée encastrée dans la vis d’extraction de la partie centrale du filtre. Cette défaillance technique expliquerait les difficultés rencontrées sur la vis qui s’était bloquée à plusieurs reprises depuis le lundi matin. Un phénomène de friction mécanique entre la plaque et la vis serait à l’origine de l’étincelle et/ou du point chaud ayant conduit à l’explosion.