Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 13h40, la foudre frappe 4 paratonnerres dans une usine chimique classée seveso, provoquant une coupure d’électricité. Une partie des capteurs des stockages d’ammoniac (NH3) est endommagée, provoquant le déclenchement des séquences de sécurité des installations correspondantes. La centrale de détection incendie des équipements de stockage est également endommagée. Les installations de production d’urée et d’NH3 ne se sont pas déclenchées en raison de la présence d’un alternateur qui a fourni la puissance électrique nécessaire.

Dans l’attente du rétablissement des moyens de détection, l’exploitant prend plusieurs mesures : remise en service des stockages en shuntant les détecteurs endommagés avec présence permanente d’un opérateur en salle de contrôle du stockage d’NH3, visite une fois par poste des locaux électriques dont la détection incendie n’est plus opérationnelle, interdiction de chargement des wagons, camions (NH3, alcali) et bateaux, arrêt de la production d’alcali.

Les 4 impacts enregistrés sur 4 paratonnerres distincts du site peuvent s’expliquer par une ramification de l’arc en retour (coup de foudre). Une autre explication, à confirmer néanmoins, est que l’arc en retour n’ait frappé qu’un seul paratonnerre ou toute autre installation, et que le courant de foudre en s’écoulant dans le sol, ait provoqué une élévation suffisante des potentiels de terre pour provoquer des remontées de courant par les prises de terre, dans les installations de protection foudre. Un tel phénomène pourrait provoquer l’incrémentation des 4 compteurs coup de foudre.

L’inspection des installations classées note que l’étude préalable foudre est insuffisante et demande à l’exploitant d’en réaliser une nouvelle dans les plus brefs délais. L’exploitant devra également constituer un stock de rechange pour les équipements de sécurité.