Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine de fabrication de peinture en liquidation judiciaire depuis avril 2009, 2 conteneurs de 1 000 l chacun de produits pour peinture (a priori, résines acrylique, uréthane dans de l’acétate d’éthyle) sont renversés sur le sol et polluent l’AIRAINES (cours d’eau de catégorie 1) via le réseau d’eau pluviale. Une pisciculture située en aval subit une perte d’exploitation de 85 t de truites (interdiction pour cette dernière de commercialiser ses produits pendant 80 jours). Les secours installent 7 barrages. L’inspection des installations classées et un élu se rendent sur place. Un acte de malveillance serait à l’origine de la pollution.

Lors d’une visite le 29/09/09, l’inspection des installations classées avait constaté la présence de nombreux pots de peintures, bidons et conteneurs inflammables voire explosifs, de produits inconnus répandus sur le sol et de plusieurs contenants éventrés. Les sols et les toitures sont percées, certaines portes ont été forçées ; le site n’est donc plus sécurisé. L’inspection demande au mandataire liquidateur de lister les produits restants sur le site et de renforcer la mise en sécurité des installations. Le liquidateur ne disposant pas des moyens financiers suffisants (impécuniosité de la liquidation) pour réaliser les travaux correspondants, l’inspection propose au préfet une saisine du Ministère en vue d’une intervention d’urgence. La dépollution du site, assurée par l’ADEME, se termine en 2010. Ce sont près de 800 t de déchets qui ont été éliminés.