Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un feu se déclare vers 13h30 sur un stock de 500 m³ de déchets métalliques et plastiques dans une entreprise de récupération de métaux en cours de régularisation administrative. L’incendie émet une importante fumée visible à plusieurs kilomètres. Le trafic sur la ligne ferroviaire voisine et son alimentation électrique sont interrompus et un service par cars est mis en place pour les usagers. L’accès à une entreprise de transports de voyageurs voisine du site est également interdit. La centaine de pompiers mobilisés met en oeuvre 5 grandes lances, un canon à mousse pour combattre l’incendie et utilise une grue de l’entreprise pour déplacer les ferrailles et atteindre les foyers ; le sinistre est maîtrisé vers 18 h. La circulation ferroviaire est rétablie à 19h32. Les eaux d’extinction se sont infiltrées dans le sol non-imperméabilisé ; aucun écoulement dans l’OISE n’a été signalé.

L’enquête de l’inspection des installations classées révèle la présence sur le site de déchets d’équipements électriques et électroniques ainsi que de véhicules hors d’usage, déchets non-prévus dans le dossier de demande d’autorisation en cours ; l’inspection constate les faits. Par arrêté du 22 mai 2009, le préfet du Val d’Oise prescrit la suspension de l’activité de récupération de déchets de métaux jusqu’à la décision relative à la demande de régularisation administrative déposée par l’exploitant, l’évacuation des déchets du site et des analyses de sols pour estimer l’éventuel impact de l’infiltration des eaux d’extinction. La gendarmerie effectue une enquête pour déterminer les causes de l’accident ; selon l’exploitant un acte de malveillance (jet d’un “cocktail Molotov” par un passant) serait à l’origine du sinistre.