Pollution
Humain
Environnement
Economique

Des chasseurs découvrent un feu couvant sur un site de compostage de déchets verts et de boues de STEP urbaines et industrielles. La combustion lente a pris dans un stock de refus de criblage de 10 000 m3 (30 x 35m au sol sur 7 m de haut, représentant 5 mois de stockage de parties ligneuses grossières de plus de 20 mm). L’exploitant et les services de secours interviennent ; 500 m² sont retirés vers une zone de stockage libre et arrosés.

Le feu maîtrisé dans un premier temps, reprend toutefois 9 jours plus tard et se propage au broyats de déchets verts au contact direct du tas. L’ensemble est alors étalé avec une pelle à chenilles et 2 chargeurs sur pneus sur une parcelle non aménagée ; les parties intactes sont isolées des parties en feu (flammes ponctuelles dues à un apport d’air lors de la manipulation des tas) arrosées par les pompiers. Le feu sera éteint le 28/11. Les eaux d’extinction d’incendie collectées dans un bassin de 400m³ rejoindront le plan d’épandage des eaux de process après vérification de leur conformité. Le mélange étalé sera ré-intégré progressivement dans le compost. L’humidité du mois de novembre aurait favorisé une réaction oxydante entre les refus de criblage, constitués de 80 % de matière sèche à plus de 70 °C et les broyats de déchets humides, entraînant par élévation de température une réaction d’auto-combustion, voire d’auto-inflammation du bois par endroits.

L’inspection constate un risque de pollution du sol et des eaux superficielles dû à l’arrosage du tas en feu, ainsi que des déchets verts accueillis durant la période d’intervention sur une zone non imperméabilisée. Un arrêté préfectoral d’urgence demande un rapport d’accident, l’enlèvement dans les meilleurs délais des matériaux étalés, ainsi que la réalisation sous 3 mois d’une étude d’impact sur le sol et les eaux souterraines et superficielles du stockage des matériaux étalés sur l’aire non étanche.

Le stock de refus de criblage sera isolé du stock de broyats de déchets verts pour éviter d’éventuels effets dominos. Les refus de criblage seront ilôtés pour limiter à 2 mois leur durée de stockage statique. En cas de dépassement du délai, l’îlot concerné sera retourné et arrosé. Les moyens de lutte contre l’incendie sont renforcés : mise en place d’une station de relevage pouvant être alimentée depuis le bassin de récupération des eaux de la plate-forme ou le bassin pompier, réseau de canons…