Pollution
Humain
Environnement
Economique

Pendant la nuit, 4 900 m³ de fioul domestique non conforme (contenant 17 % d’essence sans-plomb) sont livrés par une raffinerie à une société réalisant du stockage en vrac (“stockeur”) puis partiellement distribués entre le 16 et le 19 janvier à plusieurs milliers de consommateurs via des entreprises de distribution de 11 départements du nord ouest de la France.

Le mélange fioul-essence sans plomb ainsi constitué possède un point éclair de 22 °C (contre 55 °C pour du fioul “pur”), le rendant facilement inflammable et susceptible de former une atmosphère explosive en milieu confiné (cuve de stockage, etc)

Intrigué par l’odeur dégagée par le produit, un chauffeur livreur d’une entreprise de distribution donne l’alerte et le “stockeur” prévenu confirme après analyse le 19 janvier au soir, la non conformité des 4900 m3 de fioul. Il informe l’exploitant de la raffinerie.

Ce même jour, une légère explosion se produit lors d’une opération de remplissage d’un camion de livraison dans une entreprise de commerce de combustibles ; les 2 gérants sont légèrement brûlés au niveau du front mais ne font pas appel aux secours.

L’exploitant de la raffinerie publie plusieurs communiqués de presse entre le 20 et le 27 janvier. Il recense les clients livrés et organise en liaison avec le “stockeur” la récupération du produit. Il met en place un numéro vert pour répondre aux questions des clients et communique des consignes de sécurité: arrêt total de chaudières, aération de la chaufferie ou du local abritant la cuve, ne pas utiliser l’électricité, etc.

L’inspection des installations classées se rend à la raffinerie et demande à l’exploitant un rapport sur les causes du mélange accidentel de fioul et d’essence.

2 300 m³ non livrés sont récupérés dans la cuve du “stockeur” mais 2 600 m³ ont été distribués à 2 070 entreprises ou particuliers. Le service en charge de la répression des fraudes coordonne le dispositif d’identification des distributeurs et destinataires des livraisons et de récupération des produits non conformes. Plusieurs dizaines de véhicules citernes équipés de matériels antidéflagrants sont mobilisés pour vidanger les cuves. Le 27/01, le fioul non conforme a été récupéré chez 80 % des usagers, et les 2/3 d’entre eux sont réapprovisionnés. Le fioul est également récupéré chez les revendeurs: camions et cuves sont vidangés puis dégazés et les canalisations sont inspectées.

Un défaut d’étanchéité entre les canalisations reliant la raffinerie à 2 “stockeurs” est à l’origine de l’incident. Une vanne censée isoler 2 pipelines livrant simultanément 2 “stockeurs” en essence et en fioul ne s’est pas correctement fermée tout en donnant une information erronée en salle de contrôle. L’inspection des installations classées demande à l’exploitant de déterminer l’origine des dysfonctionnements, de prévoir une mesure préventive complémentaire et de réduire le temps de détection d’une livraison non conforme (relevé de compteur entrée/sortie)