Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine de conservation et transformation de pommes de terre, un salarié note l’activation d’une alarme sur le circuit de refroidissement des stockages de pommes de terre. Le sous-traitant chargé de l’entretien des installations de réfrigération est alerté pour diagnostiquer et résoudre le problème. Dans le local des machines situé devant le stockage réfrigéré en cause, une fuite est détectée à 13h30 sur le tuyau en cuivre permettant d’injecter le fluide frigorigène chloro-fluoré (R22 ou HCFC-22) dans le réservoir d’huile des compresseurs. Cette conduite est fendue sur 1 cm et 300 kg de frigorigène ont été rejetés à l’atmosphère. Une soudure est réalisée sur la tuyauterie défaillante et le circuit est contrôlé. La fissure due aux vibrations et à l’usure (raccord rigide), n’était pas présente lors du dernier contrôle réglementaire de l’équipement réalisé en juillet 2008.

L’installation qui comporte 2 circuits de réfrigération, est finalement consignée à vide en attendant sa modification pour la sécuriser, l’exploitant décidant en effet :

  • de ne pas la recharger en R22 (HCFC) qui est remplacé par un fluide fluoré (HFC),
  • d’installer une électrovanne sur le départ liquide avec détection de fuite et fermeture asservie du circuit),
  • d’ajouter une alarme sur le réservoir liquide (seuil bas) et des détecteurs de gaz dans le local compresseur,
  • de remplacer les tuyaux en cuivre par des flexibles souples.

Un financement des travaux correspondants est demandé en interne.