Pollution
Humain
Environnement
Economique

Le passage d’un compresseur en basse pression permet de détecter 2 fuites d’ammoniac (NH3) successives dans l’installation de réfrigération d’une brasserie / limonaderie mettant en oeuvre 840 kg d’NH3. Cette installation dispose de 2 échangeurs à plaques pour refroidir de l’eau glycolée par échange thermique avec l’NH3. Une première 1ère fuite d’NH3 dans le circuit d’eau glycolée a eu lieu le 25/11/06 sur l’un des échangeurs, la 2ème se produisant le 16/01/07 sur le second échangeur.

Les 2 incidents ont sans doute pour origine une corrosion des circuits ou un choc thermique avec déformation des cassettes de l’échangeur. La pression dans le circuit NH3 étant supérieure à celle du circuit eau glycolée, une partie de l’NH3 a contaminé le circuit d’eau glycolée. Selon l’exploitant, l’inadaptation des compresseurs à l’installation de réfrigération serait à l’origine de la “congélation” des échangeurs.

L’exploitant fait appel à une société extérieure (le fournisseur de l’installation) du 5 au 9 mars 2007 pour analyser les causes / circonstances de ces 2 incidents et prendre les premières mesures. Pour dégazer l’NH3 de l’eau glycolée, l’exploitant met à l’air libre à partir du 12/03/07 le mélange dans un vase d’expansion implanté au-dessus de la salle des machines, mais à l’extérieur du bâtiment. L’exploitant évalue ainsi à 480 kg (240 kg par fuite) la quantité d’NH3 partie dans l’eau glycolée, puis émise à l’atmosphère lors de l’aération du circuit eau glycolée.

L’enquête effectuée semble révéler que les automatismes et les paramètres de contrôle de l’installation de réfrigération n’étaient pas totalement maîtrisés. Certains équipements et notamment les échangeurs étaient sans doute déjà relativement corrodés. L’étude de dangers réalisée sur les installations ne prenait pas en compte ce type de scénario. Plusieurs expertises réalisées à la demande de l’exploitant permettent notamment d’ajuster les automatismes mis en oeuvre dans l’installation de réfrigération.