Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 7h50, la remorque d’un camion contenant 20 t de résine synthétique en solution dans du styrène (point éclair : 32 °C) se désolidarise du tracteur juste après que l’ensemble routier soit sorti de l’usine de fabrication de matières plastiques de base classée Seveso seuil bas où il avait été chargé. La remorque penche de 20 degrés mais ne présente pas de fuite. Le conducteur revêt un gilet de sécurité, allume les feux de détresse et les gyrophares du véhicule et, voyant fumer des câbles électriques arrachés lors de la perte de la remorque, coupe l’alimentation électrique du camion à l’aide du coupe-batterie. Alertés par le bruit, les employés du fabricant de résine contactent les secours et les services de police, coupent la circulation sur la route et apportent sur place le matériel nécessaire pour contenir une éventuelle fuite. Les secours déploient un important dispositif du fait de la proximité du site Seveso, établissent un périmètre de sécurité et sécurisent la zone avec des lances à incendie. Les policiers dévient la circulation, empêchant à de nombreux salariés l’accès aux entreprises voisines. Une entreprise spécialisée relève la citerne et la ré-attelle au tracteur puis le camion est stationné et sécurisé sur le parking intérieur de l’usine. Il sera ensuite dirigé vers le site de la société de transport où le conteneur sera positionné sur un autre châssis pour poursuivre la livraison.

Le conducteur avait réalisé 2 essais de traction avant de quitter l’usine pour vérifier le bon accrochage de la remorque et n’avait pas détecté d’anomalie. Cependant, il n’avait pas respecté la consigne d’attelage : au moment où il a reculé pour effectuer l’accrochage, la sellette était trop basse et la cheville ouvrière a enclenché le croissant de verrouillage de la sellette tout en restant positionnée au dessus. Avec le poids du conteneur, la cheville ouvrière est restée solidaire de la sellette en étant retenue que par un fin filet métallique. La remorque s’est détachée au moment où le chauffeur accélérait sur un passage à niveau ce qui a provoqué un mouvement de haut en bas entraînant le soulèvement de la cheville, l’écartement de la sellette de la cheville ouvrière et un effet de ballant important dans la citerne.

L’entreprise de transport qui sous-traitait cette mission rappelle à ses chauffeurs et sous-traitants la procédure interne d’attelage-dételage et de verrouillage de la remorque avec les systèmes de blocage, organise des audits sur le site du fabricant de résine pour ses conducteurs et sous-traitants, rédige à l’attention des chauffeurs un document informatif détaillant le retour d’expérience tiré de cet incident, présente un plan d’intervention interne au responsable de l’usine et envisage de réaliser une simulation d’accident (POI). Un incident similaire, reconnu comme assez courant, s’était déjà produit dans cette usine en 2007. A la demande de l’inspection des installations classées, l’usine actualise son étude de dangers.