Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine de fabrication de matières plastiques, une fuite de silane a lieu sur un poste de dépotage. Un conteneur de phényltrichlorosilane sur wagon est mis en poste, les 2 bras articulés pour son dépotage par pression d’azote étant raccordés au niveau du dôme. L’opérateur met le conteneur sous pression et peu après, 3 des détecteurs HCl situés dans l’environnement du poste déclenchent une alarme immédiatement prise en compte par les opérateurs qui arrêtent d’urgence le dépotage (fermeture des vannes de transfert et dépressurisation du conteneur). Le POI est déclenché à 17h45. Le service d’intervention interne commun à plusieurs usines locales arrive rapidement et couvre de mousse la cuvette de rétention du dépotage puis la zone de dépotage pour limiter la dispersion d’HCl. Il met en place par précaution des rideaux d’eau du côté des voies de circulation externes et des bâtiments internes au site. Selon l’exploitant, le volume de la fuite est inférieur à 50 l de phényltrichlorosilane et les émissions d’HCl sont restées très limitées (nuage blanchâtre uniquement à proximité du poste et de la cuvette de rétention). En outre, l’absence de vent et les rideaux d’eau lui permettent de garantir l’absence d’effet au delà des limites du site. Après maîtrise de l’incident, les bras de raccordement du conteneur sont débranchés et il est constaté que le joint au raccordement du bras liquide n’a pas été serré uniformément et est ‘pincé’, expliquant ainsi la fuite liquide sous pression. D’autre part, un seul opérateur était présent pour lancer le dépotage. Le chlorosilane déversé au sol a été collecté par un caniveau ceinturant le poste de dépotage et relié à une fosse de rétention voisine, commune à plusieurs installations. Les effluents collectés (chlorosilane + mousse) sont pompés et dirigés vers la station de neutralisation de l’établissement. Les équipes de secours (pompiers du service d’intervention interne et pompiers auxiliaires du site) lavent et nettoient le secteur ainsi que le wagon. A leur arrivée, les secours publics n’ont plus besoin d’intervenir. L’Inspection des Installations Classées est avertie, puis, dès l’incident traité, l’exploitant diffuse un communiqué de presse vers la mairie, la préfecture et les journaux locaux. A la suite de cet incident, l’Inspection des IC propose au préfet de demander à l’exploitant de lui adresser un rapport détaillé de cet incident, analysant la ou les causes et le déroulement de celui-ci et proposant des actions correctives pour prévenir son renouvellement. Par ailleurs, l’exploitant lance un plan d’action concernant les consignes de dépotage (rappel écrit aux opérateurs habilités des points critiques de la consigne…), la mise en place d’un test d’étanchéité avant ouverture des vannes du wagon, la formation au jointage des opérateurs concernés par le dépotage. Le projet de modification de la fosse déportée (compartimentage), prévu avant que l’incident ne survienne, est finalisé.