Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine de fabrication de fosses septiques et autres équipements pour l’assainissement, un feu se déclare à 1h45 dans le bâtiment principal de production de 3 000 m² abritant de nombreux produits chimiques (solvants, acide formique et soude…). Plusieurs explosions se produisent et la structure risque de s’effondrer. Le feu menace de se propager aux 10 000 m² du bâtiment, ainsi qu’aux différents stocks de produits chimiques. Les pompiers qui rencontrent des difficultés d’approvisionnement en eau maîtrisent le sinistre avec 8 lances dont 3 sur échelle après 10 h d’intervention. L’exploitant effectue des mesures de contrôle. Les eaux d’extinction retenues qu’en partie dans 2 fosses de rétention entraînent un risque de pollution des eaux. Une CMIC effectue des contrôles atmosphériques et des eaux de ruissellement. L’inspection des IC confirme la nécessité du pompage et de l’analyse des prélèvements.

Une société spécialisée pompent les eaux d’extinction. Le volume d’eau chargé en acide formique, soude caustique, huiles essentielles, tensioactifs est évalué à 15 m³. Les eaux souterraines sont surveillées et l’établissement se trouvant dans le périmètre de protection de captage, les riverains sont mis en garde quant à la consommation d’eau provenant de puits privés.

Le bâtiment de 10 000 m² est détruit, les secours déblaient les lieux et établissent une lance à mousse pour parfaire l’extinction d’un stockage de fibre de verre. La surveillance est allégée à 16h30, une ronde est prévue toutes les 4 h par un engin pompe et une caméra thermique. Aucun point chaud ne subsistant, les secours quittent les lieux vers minuit.

Le 1er août, l’entreprise ferme pour congés annuels, à l’issue de ceux-ci, l’outil de production étant détruit, du chômage technique est à envisager.