Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans un centre de recherche sur les métaux non ferreux, aciers et alliages spéciaux exerçant des activités pyrométallurgiques pour mettre au point ou améliorer des procédés d’élaboration de métaux, un four se perce à la clôture d’un pilotage dans le cadre d’un projet de recherche.

L’opérateur effectue habituellement une coulée du métal (vidange partielle ou totale du four) à la fin d’une phase de fusion en “perçant le four” avec une lance à oxygène au niveau du trou de coulée. L’accident a lieu lors d’une de ces coulées, avec déversement d’un alliage ferronickel en fusion dans une fosse de récupération implantée sous le four. La tôle de fond de cette fosse se perçant à son tour, le métal s’écoule alors dans le double fond de celle-ci et entre en contact avec l’humidité présente dans la fosse, notamment dans le sable qu’elle contient ; cette humidité anormale est due à une infiltration d’eau après de fortes pluies (éclaboussures au sol…) et à la qualité du sable non renouvelé récemment. De l’hydrogène (H2) se forme et explose violemment, des projections incandescentes initiant ensuite plusieurs foyers d’incendie en enflammant des matières combustibles (palettes, cartons…) entreposées en divers endroits de l’atelier.

Un foyer principal en mezzanine ne peut être maîtrisé sans les secours extérieurs. Les employés parviennent par contre à maîtriser les foyers secondaires, malgré des difficultés liées aux extincteurs utilisés : dégoupillés pour certains, goupilles difficiles à enlever sur d’autres ou de faible durée de mise en oeuvre. Le hall accidenté étant isolé du bâtiment principal, le site n’a pas été évacué. La zone impliquée est balisée et interdite d’accès. Les 5 employés présents dans l’atelier lors des faits ont constaté la percée du four et évacué les lieux avant l’explosion, seuls 4 blessés légers seront à déplorer. Le four est détruit ; le coût des dommages matériels est estimé à 700 keuros et les pertes d’exploitation à 300 keuros. La reconstruction d’un nouveau dispositif expérimental impliquera un retard sur les études futures.

Plusieurs mesures sont prises : amélioration du retour de courant pour réduire les risques de percée (technique des fours DC) et surveillance de la température de ces retours (thermocouples), éviter la présence d’eau dans la fosse (amélioration du dispositif de ruissellement pour réduire les éclaboussures…), ventilation de cette dernière (non coupée par l’interruption des énergies) pour éviter la concentration en H2, sorties d’urgence pour le personnel en salle de contrôle, amélioration de l’évacuation des fumées dans le bâtiment et mise en place d’exutoires, installation d’une alarme sonore en cas de nécessité d’évacuer le bâtiment, amélioration du dispositif de coupure des énergies, tableau en salle de contrôle avec liste des personnes présentes dans le hall, contrôle des accès lors des essais (gyrophare ?)… Ces mesures seront mises en oeuvre sur les 2 nouveaux fours qui devraient être installés.