Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une émission d’oxydes d’azote se produit vers 12 h en dehors d’un bâtiment d’une usine de traitement de surface, à la suite de la recharge d’un bain en acide nitrique. La composition théorique du bain de 13 m³ est de 5 à 6 % d’acide fluorhydrique (HF), 8 à 10 % d’acide sulfurique (H2SO4), moins de 20 % d’acide nitrique (HNO3) et 2 à 4 % de sulfonate de nitrobenzène. Le fond du bain était composé de 10 cm de boues chargées en métaux et sulfate de fer. Un panache de fumée d’une hauteur de 10 m est observé. L’usine est évacuée. Les pompiers effectuent des mesures de toxicité. Dix personnes se trouvant dans la zone industrielle sont évacuées. La commune se trouvant en limite de la frontière franco-allemande, les autorités allemandes sont prévenues par la gendarmerie française. Des mesures conservatoires sont prises, notamment le confinement des écoles.

Le produit de recharge du bain, livré en container de 1 000 l n’était pas accompagné de fiche de données de sécurité. Il était sensé se composait de HF à 7,5 % , de HNO3 à 10 % et d’eau. L’opérateur aurait versé le contenant trop rapidement dans le bain. Si le bain contenait des substances oxydables de nature organique ou des contaminants organiques  comme les huiles, graisses, composés de fer (acier noir, aluminium, cuivre), de fortes concentrations de métaux dissous à partir d’aciers inoxydables en quantité supérieure à 30 g/l et si de grandes quantités (plusieurs centaines de litres) d’acide nitrique sont ajoutées rapidement, il peut se produire une violente réaction de décomposition.