Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une explosion suivie d’un incendie se déclare dans la station d’épuration des eaux usées (STEP) de la ville tuant deux employés et brûlant grièvement un 3ème (resté 4 mois à l’hôpital).

Un des procédés pour l’élimination des composés azotés et phosphorés nécessite l’ajout de méthanol (liquide hautement inflammable). Celui-ci est stocké dans un réservoir aérien de stockage de 38 m3, en acier. Le réservoir, installé en 1993, est équipé de tuyaux en plastique (PVC) et d’un évent muni d’un arrête-flammes en aluminium. Ce dernier n’avait pas été remplacé ni maintenu depuis son installation et était fortement corrodé par les vapeurs de méthanol. A 9 m de haut, un toit en métal protège le réservoir du soleil ; mais celui-ci est endommagé par les ouragans en 2005 et nécessite une réparation. Il est décidé d’ôter le toit en le découpant au chalumeau à partir d’une nacelle appartenant à la ville. Les travaux sont prévus, mais aucune analyse spécifique des risques n’est réalisée.

A 11h15, les employés de la maintenance découpent le métal avec un chalumeau oxy-acétylique juste au-dessus du réservoir de stockage rempli de 11,35 m3 de méthanol. Des étincelles qui retombent en cascade enflamment les vapeurs sortant par l’évent du réservoir en cette chaude journée, provoquant une boule de feu au-dessus de la cuve. Les flammes remontent dans le réservoir de stockage, provoquant une explosion à l’intérieur du réservoir ; l’explosion entraîne la rupture de plusieurs tuyauteries en PVC, libérant du méthanol qui alimente l’incendie.

Le bureau de la sécurité chimique et des risques (US CSB) analyse l’accident et souligne le manque de connaissance des dangers du méthanol, le manque de sécurité et de l’examen des risques dans la planification des travaux, un manque de communication sur les risques et de formation des employés, un pare-flammes inefficace (absence d’entretien et de connaissance des accessoires de sécurité). Les tuyaux en plastique (au lieu de l’acier) qui se sont rompus ont de plus contribué à l’aggravation des conséquences du sinistre.

L’exploitant est invité à mettre en oeuvre des politiques, pratiques et procédures concernant la sécurité et la santé au travail (y compris les procédures de travail par point chaud et de communication sur les risques chimiques) et à améliorer la sécurité des réservoirs de stockage de liquides inflammables, comprenant des tuyauteries et pare-flammes adaptés.