Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine de production d’engrais, le dysfonctionnement de l’installation de lavage des gaz lors du redémarrage de l’atelier de fabrication de superphosphates est à l’origine du rejet à l’atmosphère de chlorure d’hydrogène (HCl) et d’acide phosphorique (H3PO4) pendant 48 h entraînant le dépérissement des végétaux des jardins situés à proximité du site, dans une bande de 800 m de long et 200 m de large.

La consommation des fruits et légumes est provisoirement interdite, le temps que des analyses confirment l’absence de risque.

Le remplissage insuffisant en eau de lavage du dispositif de traitement des gaz est à l’origine du l’accident, notamment du fait des éléments suivants :

  • absence de contrôle du niveau de remplissage en eaux lors du redémarrage de l’installation,
  • dysfonctionnement de l’électrovanne de remplissage des tours de lavage, restée bloquée en position fermée
  • le détecteur conductimétrique permettant la mise en service de la pompe de recirculation indiquait la présence d’eau.

L’exploitant met en place 5 actions correctives pour diminer la probabilité de renouvellement d’un tel accident :

  • remplacement de l’électrovanne défaillante,
  • mise en place d’un ampèremètre sur le moteur de la pompe de recirculation et installation d’un relais arrêtant l’alimentation en matières premières de l’atelier de production en cas d’anomalie d’intensité,
  • mise en place d’un asservissement entre l’alimentation en matières premières et le moteur de la pompe de lavage,
  • contrôle hebdomadaire du détecteur de présence d’eau dans le laveur avec enregistrement écrit,
  • renforcement des contrôles du fonctionnement de l’atelier de fabrication de superphosphates.

Par ailleurs un arrêté préfectoral complémentaire demande le rehaussement des cheminées du site et la réalisation d’une étude technico-économique concernant la mise en œuvre d’autres techniques de traitement des gaz et la surveillance continue des rejets atmosphériques du site.