Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une raffinerie, une fuite enflammée d’hydrogène se produit à 11h45 sur l’unité de distillation des gazoles (DGO) basse pression. Les moyens de secours sont mis en place mais n’interviennent pas directement sur les flammes afin de réduire le risque de formation d’un nuage d’hydrogène et l’unité est mise en décompression. A 12h35, la fuite est résorbée et le feu éteint. L’installation est mise sous azote. L’alerte est levée à 12h44

Aucune victime n’est à déplorer. L’exploitant communique et informe l’inspection des installations classées qui se rend sur les lieux.

A la fin des opérations de maintenance réalisées sur un compresseur de gaz de recyclage de l’unité DGO, l’exploitant doit remplacer les joints pleins mis en place provisoirement par des joints creux avant la réouverture des vannes automatiques et la remise en service le compresseur. Lors de l’opération de changement du joint plein par le joint creux au refoulement, une fuite d’hydrogène se produit et s’auto-enflamme (pression 60 bars).

La vanne automatique au refoulement, manœuvrée lors des essais à vide du compresseur, s’est incomplètement refermée alors que sa position est indiquée fermée en salle de commande.

A la demande de l’inspection, l’exploitant effectue une analyse des causes de l’accident et examine en particulier le défaut d’étanchéité de la vanne automatique. La modification de l’asservissement d’ouverture de cette vanne lors des opérations de maintenance est envisagée.