Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une explosion détruit à 2h45 un bâtiment de 1 000 m² abritant 2 usines chimiques, l’une fabricant des encres et l’autre des peintures et revêtements. L’intensité du phénomène, perçu à plus de 30 km à la ronde, est évaluée à 0,5 sur l’échelle de Richter. La centaine de pompiers mobilisée maîtrise l’incendie qui suit l’explosion après 6 h d’intervention.

Les conséquences humaines sont minimes (une dizaine de riverains légèrement blessés), l’explosion s’étant produite de nuit en l’absence de tout personnel dans le bâtiment.

Les dommages matériels sont considérables de par la proximité des établissements avec une zone urbanisée et un port de plaisance (250 bateaux) proches. Sur les 70 maisons fortement impactées, 10 devront être rasées, une douzaine nécessite des réparations importantes sur plusieurs semaines et une cinquantaine d’autres des réparations moins conséquentes ; plus de 200 personnes doivent ainsi quitter leur habitation pour quelques jours dans le meilleur des cas. Des bris de vitres sont observés jusqu’à 800 m du centre de l’explosion. Les dommages matériels sont évalués à 4 M$ pour le seul port de plaisance.

La mise en sécurité du site avec notamment l’évacuation des stocks de produits chimiques nécessitera plusieurs semaines. Seule une faible partie des eaux de ruissellement est récupérée et traitée, le reste s’est déversé dans le milieu naturel et a été balayé par la marée. Selon les autorités, la pollution atmosphérique liée notamment aux composés organiques volatiles n’a pas entraîné de risque pour les riverains.

Une enquête est effectuée pour déterminer les causes de l’explosion. Plus de 75 m³ de solvants et autres produits chimiques parmi lesquels du toluène, du méthyléthylcétone et de l’acétone, étaient stockés dans le bâtiment lors des faits. L’explosion se serait produite 2 s après le déclenchement automatique de l’alarme du site.