Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un incendie embrase vers 1 h un atelier de fabrication de portes en bois de 2 000 m². Sans aucun système de désenfumage, l’atelier est situé dans un bâtiment de 3 000 m² caractérisé par des ouvertures en bois, une ossature métallique, des murs en parpaings et tôles polycarbonate avec une toiture en tôle ondulée isolée par de la laine de verre recouverte d’un film aluminium. L’exploitant alerte les secours qui arriveront sur place 20 min plus tard. Les services de l’électricité coupent l’alimentation du site. Les pompiers mettent en oeuvre 1 lance canon 2 000 l/min et 4 lances à débit variable, dont 1 montée sur échelle. Ils doivent en partie s’alimenter à partir d’un poteau incendie distant de 600 m et craignent l’effondrement du bâtiment et l’explosion de bouteilles de gaz. Les secours circonscrivent le feu vers 2h40, évitant la propagation des flammes à un silo de sciure et à 2 bâtiments de 300 m² contigus.

L’incendie détruit des machines-outils, des locaux sociaux, une cabine de peinture et une partie des 1 000 l de peinture en bidons entreposés à proximité. A la suite de l’accident, 25 des 35 employés sont en chômage technique. L’exploitant construit un nouvel atelier jouxtant le bâtiment sinistré. Un arrêté de mesures d’urgence conditionne le redémarrage de l’activité à la mise en sécurité de la zone sinistrée. Nettoyage et curage des fossés, canalisations, bassins dans lesquelles des eaux polluées ont pu transiter. Evacuation et traitement des déchets générés par l’incendie (effluents, boues, matériaux pollués…). Vérification des installations électriques, des matériels de lutte contre l’incendie et des structures des bâtiments, canalisations et réservoirs ayant pu être impactés par l’incendie.