Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans un établissement de récupération de matières métalliques recyclables, durant une journée de forte chaleur, un feu se déclare vers 17h20 sur 2 200 t de “platinage” à broyer (ferrailles en mélange comprenant des véhicules hors d’usage). L’incendie menace de se propager à un second stock de 400 m³. Une chargeuse relève un tas de platinage lorsqu’une explosion dans le godet de l’engin provoque le départ de feu. Le personnel est immédiatement évacué. Les 156 pompiers provenant de 18 casernes, mettent en oeuvre 3 grosses lances et 2 lances monitors pour combattre le sinistre, aidés par 2 grutiers de l’entreprise qui déplacent une partie des ferrailles pour créer une allée coupe-feu. Une citerne de gazole vide mais non-dégazée proche est protégée par les secours. L’alimentation en eau est assurée à partir d’un poteau incendie, d’une réserve de 700 m³ et du bassin d’eaux pluviales de l’entreprise. Un panache de fumée noire est visible à une vingtaine de km à la ronde. Les secours effectuent des mesures de toxicité aux alentours du site qui se révèlent négatives.

Deux employés et un pompier victimes de déshydratation sont soignés sur place. Un pompier légèrement blessé à une jambe est conduit à l’hôpital. L’incendie circonscrit vers 1 h est éteint en fin de matinée. Une surveillance est mise en place durant le reste de la journée pour éteindre d’éventuels foyers résiduels. L’intervention des secours s’achève à 18 h. Les 400 m³ d’eaux d’extinction sont confinés dans l’établissement. Aucun rejet à l’extérieur n’est constaté.

Une chargeuse et une partie de la dalle de stockage sont endommagées, 800 t de platinage sont détruites. L’inspection des installations classées constate que la quantité de ferrailles stockée était supérieure à celle autorisée.

A la suite de l’accident, l’exploitant prévoit : une amélioration de la segmentation des stocks avec des allées de 10 m en période de forte chaleur, un renforcement de la surveillance du site hors activité, la vérification de l’application de la procédure de réception des matières à broyer et étudie un projet global de défense incendie du site. L’exploitant doit également actualiser l’étude de dangers de son établissement et reconstituer la réserve incendie (2 500 m³ ont été consommés pendant l’intervention et 2 000 m³ sont encore disponibles).