Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une entreprise de récupération de matières métalliques recyclables, vers 11h, un employé qui perce un bac contenant 334 kg de copeaux de titane avec une torche à plasma pour en évacuer l’eau, provoque l’embrasement des tournures métalliques. Il déplace aussitôt le conteneur à l’écart sur une zone étanche et ne parvenant pas à éteindre le feu avec des extincteurs (2 à poudre + 1 d’eau additivée) alerte les secours publics. A leur arrivée, les pompiers refroidissent l’extérieur du bac (T° > 800 °C) mais ne peuvent éteindre le feu avec le sable mouillé mis à disposition par l’exploitant, redoutant des risques de cracking de l’eau (dissociation en H2 et O2). Vers 14h20, le sinistre est maîtrisé après déversement dans le bac, sur 30 cm d’épaisseur, d’1 t de sable sec provenant d’un négociant en matériaux. Le refroidissement de l’extérieur du bac est arrêté vers 15h45 (T° au coeur = 50 °C). Le conteneur est déplacé dans une zone isolée et couvert par une benne pour l’abriter de la pluie annoncée pour la soirée ; une surveillance de la température du conteneur est mise en place. Une erreur humaine est à l’origine de l’accident ; l’employé connaissait les risques d’inflammation liés à son intervention. Dans le cadre de la procédure d’autorisation en cours (transfert de l’établissement), l’Inspection des Installations Classées proposera au préfet que l’exploitant dispose sur le site d’une quantité de sable sec permettant de recouvrir ce type de foyer sur 30 cm d’épaisseur.