Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 12h25, une explosion suivie d’un incendie alimenté par les produits inflammables se produit dans un laboratoire de recherche d’une école de chimie, provoquant la mort d’un professeur.

Une épaisse fumée noire est émise au-dessus du bâtiment. Selon un témoin, de nombreuses particules sont retombées sur le sol. Le quartier est bouclé, une école est évacuée. Le premier échelon du plan rouge est déclenché ; 157 pompiers, 64 gendarmes, 40 policiers, 2 compagnies de CRS, un hélicoptère et une équipe du SAMU sont mobilisés. Dédié aux risques industriels, ce laboratoire inauguré en 1977 est installé sur le campus universitaire de 25 ha, dans un bâtiment de 3 étages. L’explosion endommage le bâtiment ; de nombreuses vitres volent en éclat. Les pompiers maîtrisent l’incendie vers 15 h puis évacuent les gravats (planchers effondrés).

Le bilan est lourd : un enseignant de 41 ans qui se trouvait au dessus du laboratoire est tué, probablement victime d’une chute d’objet. Grièvement blessée, une lycéenne de 18 ans en stage dans les locaux est placée en réanimation, son état étant jugé sérieux. Une douzaine de blessés légers est hospitalisée : 2 en état de choc, 10 victimes d’éclats de verre, les autres souffrant notamment de troubles auditifs consécutifs à l’explosion. Une cellule d’aide psychologique ouverte à 200 m accueille 250 étudiants à proximité du bâtiment lors des faits.

Les substances chimiques et les sources radioactives stockées dans le bâtiment éventré sont évacuées, une société spécialisée sécurise l’édifice. Les enquêteurs découvrent une bouteille d’éthylène de 1,5 m de haut intacte à l’épicentre de l’explosion et la confie aux experts judiciaires. Une fuite sur la bouteille (non refermée ?) est à l’origine de l’accident. Un chercheur du laboratoire accidenté est mis en cause pour homicide et blessures involontaires ; il est condamné le 25/11/2010 par le tribunal correctionnel de Mulhouse à 18 mois de prison avec sursis et 8 000 euros d’amende.