Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un feu d’origine électrique se déclare à 12h40 dans le poste central de distribution électrique sur une arrivée de 20 kV. Le site est alimenté par 2 lignes électriques de 90 KV raccordées à 2 transformateurs 90/20 kV alimentant respectivement 2 lignes de 20 kV. Par ailleurs, un turboalternateur délivre du 20 kV. Le POI est déclenché avec mobilisation de tous les moyens associés sauf l’aide mutuelle. Cet incident a pour conséquence la perte complète de l’alimentation électrique de la raffinerie et dans la foulée de la production de vapeur. L’incendie est maîtrisé par l’équipe d’intervention à l’aide d’extincteurs à poudre. Les équipes de production assurent l’arrêt en sécurité des unités. La mise à la torche pendant une heure génère néanmoins d’importants panaches de fumée; cependant aucun impact ne sera constaté au niveau du réseau de surveillance local de la pollution atmosphérique (réseau ATMO). Le feu est éteint à 14h30. Les modalités d’intervention ont permis de sauvegarder une tranche électrique de 20 kV. Les expéditions de produits ont repris 6 jours après l’incendie. L’ensemble de la raffinerie a redémarré un peu moins de 3 semaines plus tard, mais l’exploitant a mis à profit cet arrêt pour effectuer des travaux prévus ultérieurement. Il faudra plusieurs mois pour retrouver un mode de fonctionnement normal des installations électriques. Le bilan économique est de l’ordre de 15 à 20 millions d’euros (3,5 de coût d’arrêt et le reste en perte de production).