Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans un stockage de gaz souterrain en cavité saline, après une opération de maintenance le 29/10/04 sur une plate forme de forage, le robinet de purge d’un filtre est laissé en positon ouverte 5 jours durant sur les installations d’injection et de soutirage du fioul (55 186 l). Le robinet (diam. 15 mm) permet la vidange par gravité des 2 cuves de stockage (30 m³ unitaire) dans l’aire de collecte dimensionnée pour recueillir uniquement les égouttures du skid fuel. Celle-ci se remplie de 43 522 l de fioul jusqu’au seuil du passage des câbles situé sous l’armoire de commande, puis chemine sur la plate forme du puits par les gaines et chemins de câbles extérieurs. Il s’infiltre progressivement dans le sol de la plate forme. Lors d’une tournée réalisée le 02/11/04, le personnel note une importante perte de fuel, ainsi qu’une pollution de la CHALABOSSE. Le creusement d’un fossé révèle l’existence d’un drain agricole par lequel le fioul s’écoule jusqu’au bief. Le drain est coupé, 41 000 l de fioul s’écoule alors dans le fossé, qui forme une barrière étanche de 150 m, puis est pompé vers un camion citerne. Les pompiers installent plusieurs barrages flottants qu’ils renouvelleront dès leur saturation. Grâce à la réaction rapide, la quantité de fioul déversée dans le bief est estimée à 500 l et est confinée par les barrages anti-pollution répartis sur 2 km. Le fioul a affecté seulement le réseau hydrographique local avec la pollution de la CHALABOSSE et partiellement celle du SALENCON sur une longueur totale de 2 km. La faune piscicole ne semble pas avoir été atteinte. Il reste à nettoyer les berges polluées. Des prélèvements ont été effectués le 8/11/04 en aval des 2 derniers barrages sur le SALENCON. Les stockages de fioul utilisés temporairement (5 ans) sont des installations classées. Lors des faits, l’exploitant ne respectait pas les disposions du code de l’environnement, le stockage de fioul n’était pas situé en contrebas du skid d’utilisation et ne comportait pas de dispositif de sécurité visant à empêcher tout écoulement de liquide par siphonnage. A titre de mesures compensatoires, la société de gaz maintient fermée systématiquement les vannes d’isolement des 2 cuves de stockage de fuel, en dehors des opérations périodiques d’injection. Considérant que les mesures mises en place demeurent insuffisantes il est proposé de prendre un arrêté préfectoral mettant en demeure la société de respecter le code de l’environnement dans un délais de 3 mois.