Pollution
Humain
Environnement
Economique

À 11h30., une explosion suivie d’un incendie se produit dans la ligne n ° 2 de la fonderie d’une aciérie en raison de la rupture d’une vanne principale sur une tuyauterie d’oxygène.

La ligne n ° 2 de la fonderie, construite l’année précédente, est en arrêt annuel pour maintenance. Pendant l’arrêt, des clapets anti-retour devaient être installés sur les tuyauteries d’oxygène « brut » et « pur ». La plupart des travaux avaient été achevés et le contremaître de l’usine et celui du sous-traitant effectuant les travaux préparaient le redémarrage des systèmes d’oxygène. Pour contrôler les vannes de la canalisation de distribution d’oxygène principale qui va de l’extérieur du bâtiment à l’atelier de fonderie, les hommes entrent dans la salle des vannes au 3eme étage. Ils ouvrent la vanne principale de la ligne de l’oxygène brut puis commencent à ouvrir la vanne principale de la ligne d’oxygène, mais la vanne est bloquée parce que la tige de la goupille de maintien de la roue à main de la vanne est cassée. Les 2 hommes demandent des pinces de levage, avec lesquelles ils tournent la tige. Une explosion et un jet enflammé se produit après a peine un tour, soit un tour de 9 ° du disque. Le feu est alimenté par provenant de la tuyauterie endommagée. Les 2 hommes sont tués sur le coup, ainsi qu’un 3eme, soudeur sous-traitant, qui était entré dans la pièce juste avant l’accident.

La fermeture d’une vanne stoppe l’alimentation en oxygène et le feu est éteint en 30 minutes par les pompiers internes et externes ; 10 500 m3 d’oxygène gazeux et 4 tonnes d’oxygène liquéfié ont brûlé avant la fermeture de la vanne. Les dégâts sont limités grâce à la conception du bâtiment (murs et plafonds coupe-feu).

A en juger par les marques de brûlures, le feu a commencé au niveau de la vanne d’arrêt principale de la ligne d’oxygène (vanne papillon de diamètre nominal 300 mm). L’oxygène gazeux comprimé à 35 bars circule dans les tuyaux. Une ligne de by-pass se trouve derrière la vanne. Pour des raisons de sécurité, cette ligne est normalement utilisée pour équilibrer la pression des deux côtés de la vanne principale avant son ouverture. Or, la vanne de by-pass a été trouvée après l’accident dans sa position fermée et aucune information n’a été retrouvée quant à l’utilisation de la ligne de by-pass avant l’accident. La cause exacte de l’allumage de l’oxygène n’est pas définie : une friction, la présence d’impuretés dans l’oxygène ou un objet étranger coincé dans la vanne pourraient être à l’origine de la prise en feu, les 2 première possibilités nécessitant l’ouverture de la vanne sans équilibre préalable de la pression (erreur humaine ?).

L’exploitant revoit son étude de dangers, améliore ses modes opératoires pour l’utilisation, le contrôle et l’entretien des tuyauteries ainsi que les procédures générales de sécurité du site.