Pollution
Humain
Environnement
Economique

À 9h15, un incendie se déclare au cours de travaux d’entretien dans un parc de stockage de liquides inflammables. Un réservoir de pétrole brut avait été mis hors service en vue d’une inspection interne. Une entreprise de sous-traitance procède à des opérations de dégazage et de nettoyage le 27/01/01, qui s’étendent sur le 28/01. Le jour de l’accident, les travaux démarrent à 7h30. De la fumée et des flammes sont signalées à 9h15 en provenance du réservoir de stockage ; la salle de contrôle alerte les pompiers. Les secours arrivent sur place en 9 min et l’incendie est éteint à 10h16. Deux employés sont gravement brûlés et transportés à l’hôpital ; ils décéderont de leurs blessures. Les dommages matériels sont importants et s’élèvent à 1 M d’euros.
L’enquête post-accident montre que la source d’inflammation la plus probable est la lampe halogène utilisée à l’intérieur du réservoir, car celle-ci n’était pas « anti-explosion » et donc incompatible avec une utilisation dans une atmosphère explosible.
L’exploitant sensibilise ses employés (formation sur les risques et les règles de sécurité existantes), renforce les spécifications « risques » dans les contrats des intervenants extérieurs et l’information des sous-traitants avant les travaux et augmente les contrôles (notamment détection des atmosphères explosibles). Il envisage d’autres technologies pour le nettoyage des réservoirs.