Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une cuve d’acide sulfonique déborde vers 14h30 lors du dépotage d’une citerne dans une usine de fabrication de détergents et de produits d’entretien. Une personne d’un bureau d’études déclenche l’alarme après avoir constaté lors d’un relevé de cotes la présence d’une nappe d’acide sulfonique sur le sol de l’étage de ‘pneumex’ (niveau 5,5 m). Elle demande l’arrêt du dépotage du camion et fait alerter le service de sécurité. L’acide sulfonique, matière première relativement visqueuse, s’est écoulé de l’étage ‘pneumex’ entre le mur du bâtiment et le bardage. La substance est retrouvée dans la cour à l’arrière de l’usine, hors de la zone de dépotage. Une équipe de nettoyage s’apprête à ramasser le produit chimique épandu sur le sol à l’aide de raclettes et de pelles lorsqu’un orage violent et soudain oblige les employés à s’abriter. Les vannes d’isolement du réseau public des eaux pluviales sont fermées pour confiner les eaux de pluie sur le site. La pluie entraîne cependant dans le réseau pluvial interne de l’acide qui au contact de l’eau génère une grande quantité de mousse. Une société extérieure pompe le collecteur principal vers 16h30 ; 12 m³ d’eau moussante sont aspirés et recyclés dans le circuit d’eau de procédé. L’incident est dû à une erreur de lecture du dépoteur qui a inversé les valeurs de capacités libres entre 2 cuves (8 et D3) de matières premières en vrac : 105,127 m³ pour l’acide phosphonique et 31, 55 m³ pour l’acide sulfonique. La cuve comporte un niveau haut associé à un report visuel dans le bureau des dépoteurs, mais l’employé est resté en permanence près du camion entre le début du dépotage et la découverte du débordement. L’acide a également fui par le tuyau de mise à l’air libre situé au sommet de la cuve (15 m de long) qui s’est décroché sous le poids. Plusieurs actions correctives sont décidées : asservissement de l’arrêt de la pompe de dépotage d’acide sulfonique au niveau de la cuve D3, mise en place d’une alarme sonore et visuelle (gyrophare) dans la cour (alarme reliée à tous les niveaux haut des cuves de matières liquides), vérification du bon fonctionnement de tous ces niveaux haut et de leur bon asservissement, modification du tableau inventaire pour éviter toute confusion de lecture, consolidation du tuyau de mise à l’air libre de la cuve, rappel des consignes de dépotage et de vigilance.