Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une station-service d’autoroute, un flash se produit, vers 17 h, au début de l’approvisionnement d’un réservoir auxiliaire de GPL embarqué dans un camping-car (à motorisation diesel) provenant d’Italie alors que le remplissage n’est pas réellement commencé (début du chargement mais volume nul enregistré en cabine). Le conducteur qui effectuait la manoeuvre est hospitalisé grièvement brûlé. Le poste est mis en sécurité électrique par arrêt coup de poing et un périmètre de sécurité est mis en place.

Selon les premiers éléments, la bouche de remplissage de ce réservoir annexe se situait sous la carrosserie et nécessitait de se baisser au ras du sol pour effectuer le branchement. Le flash, partant d’une grille d’aération du camping-car située au-dessus de la bouche de remplissage, a brûlé le conducteur sur le haut du corps. Le véhicule est peu endommagé : traces entre l’orifice de remplissage et la grille d’aération. Le véhicule est dégagé par ses propriétaires et le poste distributeur est mis en sécurité électrique par l’arrêt coup de poing. Les secours ne détectent aucune anomalie à ce stade des faits. Le même jour vers minuit 30, les pompiers interviennent dans la station-service à la suite d’un départ de feu apparu en partie basse de l’appareil de distribution GPL. Ils mettent en évidence une petite fuite à cet endroit de l’appareil (entre vanne manuelle sur canalisation et électrovanne) et ferment la vanne d’arrivée de gaz, ce qui stoppe la fuite. La société d’autoroute décide de fermer l’aire par mesure de précaution, les installations n’ayant que très peu souffert des événements survenus. Une inspection des installations classées le lendemain conduit à proposer la reprise de l’exploitation de la station dans un premier temps sous certaines réserves et après permission des experts judiciaires : purge des canalisations de liaison et campagne de contrôle des teneurs en gaz (résultats dûment tracés), consignation des vannes sur le réservoir en position fermée, contrôles réguliers temporairement visant à détecter une éventuelle fuite rémanente. En fonction des éléments actuellement disponibles, le fait que les 2 événements (flash et incendie) soient liés n’est pas avéré.