Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans un centre de recherche et développement d’une usine pharmaceutique, un feu se déclare lors de la préparation d’une réaction dans la zone autoclave du bâtiment 12. Cet édifice dédié aux essais de développement se divise en 3 zones : laboratoire, zone autoclave et zone de commandes. L’hydrogénation envisagée met en jeu 2,5 kg d’un intermédiaire de synthèse dans 14 l d’éthanol en présence de catalyseur à 5 % de platine sur charbon sec (115 g) dans un autoclave de 20 l (contrôle APAVE en mai 2003). Lors de l’accident, les opérateurs chargent dans le réacteur sous balayage d’azote, la solution du produit dans 2,5 l d’éthanol. Lors du chargement des 15 g de catalyseur en poudre, ils observent le rougeoiement de la substance au niveau de l’entonnoir. L’alcool s’enflamme après son introduction à partir d’un bidon de 10 l. Des projections brûlent 2 employés, l’un gravement au visage et l’autre aux mains et aux pieds. L’incendie se propage dans le local. La combustion du solvant et des matières plastiques (bidons…) entraîne la formation de fumées noires. La matière première et 100 g de catalyseur sont retrouvés intacts. L’intervention des pompiers en 10 min limite l’impact du sinistre sur l’environnement. L’évacuation du bâtiment ne permet pas aux personnes d’utiliser la douche, leur imposant ainsi de se rendre au local 14. L’exploitation de l’atelier d’hydrogénation est suspendue jusqu’à l’accord de reprise d’activités par l’inspection. Le catalyseur aurait pu réagir avec l’oxygène de l’air lors de son introduction et provoqué l’inflammation de l’alcool. Sans anticiper les conclusions des investigations prévues, l’exploitant envisage la remise en état du bâtiment 12, la rédaction d’instructions de travail, la tenue de réunions ‘halte sécurité’ avant toute opération, l’affichage des consignes dans le local hydrogénation, la présence d’un 3ème chimiste lors des chargements/déchargements de substances, la formation de l’ensemble des chimistes du site aux dangers des réactions d’hydrogénation, la recherche de systèmes permettant l’introduction des catalyseurs ‘sensibles’ (principe de confinement), le dédoublement des douches à mettre en place à l’extérieur, l’installation d’une alarme spécifique au bâtiment 12 et une étude de faisabilité pour la mise en place d’un système d’auto extinction et de coupure à distance des alimentations en hydrogène, électricité et air comprimé.