Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une explosion se produit sur un gisement de gaz naturel (capacité estimée à 50 à 60 millards de t), au niveau du puits n°16 alors qu’une équipe de forage et d’exploration travaillait sur un puits d’une profondeur de 400 m. Une fuite d’un mélange gaz naturel + hydrogène sulfuré s’ensuit alors, violemment projetée sous forme de jet à une trentaine de m de hauteur. Plus de 61 000 habitants situés dans des localités situées à plusieurs km sont évacués et hébergés par des proches ou sur l’un des 15 sites aménagés par les autorités. Sur le site, 300 techniciens sont mobilisés et la situation est sous contrôle 2 j après l’accident : la fuite est enflammée. Le puits où s’est produit l’explosion est colmaté à l’aide de 480 m³ de boues 5 jours plus tard. Plus de 2 100 personnes (secouristes, pompiers, soldats, policiers,…) couvrent une région de 80 km² et évacuent les nombreuses carcasses d’animaux empoisonnés par les gaz toxiques. Par ailleurs, compte tenu du temps pluvieux annoncé, les secouristes redoutent une pollution des sols. 12 jours après l’accident, le bilan fait état de 243 morts et 396 blessés encore hospitalisés dont 27 dans un état critique. Plus de 9 000 personnes ont dû suivre un traitement médical pour avoir inhalé de l’hydrogène sulfuré. Selon les premiers éléments disponibles, la plupart des victimes auraient été intoxiquées après inhalation des gaz. Beaucoup étaient des enfants et des personnes âgées. Selon les informations relayées par la télévision d’Etat et après avoir fait état de dysfonctionnements techniques, il est indiqué que des négligences commises par l’équipe de forage seraient à l’origine de l’explosion : nombreuses erreurs de procédures dont notamment la sous-estimation de la quantité de gaz présente dans le gisement, forage sans préparation suffisante, échec dans la gestion de la fuite de gaz (en omettant de l’enflammer). Les autorités chinoises par l’intermédiaire de l’administration générale de la sécurité industrielle effectuent une enquête.