Pollution
Humain
Environnement
Economique

Deux départs de feu se déclarent dans une unité de production de butyllithium, composé auto-inflammable devant être maintenu sous atmosphère inerte. Une épreuve réalisée par le TUV est prévue avec de l’hexane sur le réservoir de collecte des condensats de butyllithium relié au système de respiration de 4 citernes de concentré de butyllitium. L’épreuve terminée, la pression du réservoir est réduite à 2 bars et l’hexane doit être refoulé dans la conduite reliée par un flexible au réservoir d’hexane. Les ouvriers tentent de déboucher cette conduite obstruée par du produit solidifié. Le flexible est alors détaché et remplacé par une alimentation en azote qui permet de décolmater. Cependant, après un nouveau raccordement du flexible, la conduite s’obstrue à nouveau. Cette opération est répétée plusieurs fois. Après le dernier débouchage à l’azote, le flexible n’est plus raccordé afin de vérifier le détachement de résidus des parois. La canalisation se débouche alors subitement et l’hexane fuit à une pression de 2 b. Le solvant s’enflamme, vraisemblablement à cause de la présence d’hydrure de lithium. L’important dégagement de chaleur entraîne l’éclatement de la conduite d’hexane et enflamme les conduites et les câbles situés au-dessus. Par ailleurs, la montée en pression dans la canalisation de concentré de butyllithium s’exerce dans les citernes du parc de stockage de concentré (sans conséquence) et vers l’unité de fabrication. Dans la zone de concentration du produit, un regard de visite éclate et le butyllithium s’enflamme. Compte-tenu de la faible quantité de concentré et de l’intervention rapide des pompiers, l’incendie est maîtrisé. Après le déclenchement de l’alerte incendie, les unités sont automatiquement arrêtées. Un employé présente des brûlures au 2ème degré des mains et légères à la tête. Un autre salarié souffre de légères irritations oculaires après avoir mis en sécurité 2 conteneurs situés à proximité de la zone accidentée. Les riverains sont appelés à se confiner. Le montant des dégâts matériels s’élève à 1,7 MF (500 K DM). Des mesures de prévention sont envisagées : modification de la conduite afin d’éviter son encrassement, remplacement des flexibles par des tuyaux rigides, installation d’une nouvelle conduite de respiration menant de l’unité de production au parc de réservoirs souterrains (avec pente de 1 à 2 % pour évacuer les condensats pouvant se former)…