Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans l’une des salles d’expérience d’un laboratoire de recherche disposant d’un statut d’Installation Nucléaire de Base (INB), une fuite de chlorure d’hydrogène anhydre (HCl) a lieu à la suite de la rupture brutale d’un flexible en téflon. Après avoir inhalé du gaz, l’utilisateur présent quitte les lieux en suffoquant et prévient les personnes présentes en salle de contrôle en précisant qu’il s’agit d’un dégagement de chlore. L’une d’elles qui descend en apnée dans la salle d’expérience pour assurer l’évacuation des locaux, inhale à son tour du gaz en quittant le laboratoire. Un agent de sécurité est alerté. Equipé de vêtements de protection et d’un appareil respiratoire isolant, il descend dans la salle pour fermer la bouteille d’HCl (0,5 kg / 38 bars). Sur les lieux 12 mn plus tard, les pompiers mettent en place un périmètre de sécurité autour du laboratoire et évacuent les autres installations. Une CMIC effectue vers 14 h des contrôles et ne détecte aucune présence d’HCl dans l’atmosphère. A 15h30, le personnel réintègre les locaux. La rupture du flexible fait suite à une surpression due à une erreur de manipulation de l’utilisateur et à un montage non adapté de la tuyauterie ; la bouteille de gaz sous 36 bars était reliée sans détendeur au reste de l’installation. L’expérience à l’origine de l’accident n’était pas prévue pour cette semaine et les services de sécurité n’avaient pas été informés. Le chercheur qui travaillait seul et sans encadrement, connaissait mal les dangers de la substance chimique utilisée. Les 2 chercheurs exposés ne seront que légèrement incommodés. De graves dommages matériels sont observés à la suite de l’importante corrosion des matériels présents dans la salle d’expérience. L’équipe de recherche impliquée dans l’accident se voit retirer son badge d’accès aux installations, le responsable du projet est également interdit d’accès au laboratoire pour une durée de 1 an. L’équipe de recherche doit suivre une formation sécurité gaz complémentaire. Les procédures de sécurité relatives aux expériences réalisées dans cette unité de recherche sont rappelées. Des sanctions sont prévues en cas de manipulations de substances dangereuses non autorisées et non sécurisées. L’intervention des secours (CMIC) a été retardée de 30 à 45 mn à la suite d’une confusion dans la dénomination d’un bâtiment et d’une unité de recherche ; un plan d’intervention est créé sur l’ensemble de la faculté en liaison avec les secours.