Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans un atelier pyrotechnique, une prise de feu suivi d’un incendie localisé se produit lors de la fabrication d’artifices de divertissement. Après pralinage à la poudre noire, effectué à distance, les produits sont disposés sur un plateau situé sur un chariot afin d’être conduits ultérieurement en étuve pour séchage. L’accident survient lorsque l’opérateur place un 5ème plateau sur le chariot ; il sort du local lorsqu’il entend un crépitement. Ce dernier est suivi d’un incendie avec projections de morceaux de matières enflammées. L’opérateur est brûlé sur 20 à 25 % du corps au 1er degré et ponctuellement au 2ème degré. Le local et l’outillage sont endommagés.

La composition pyrotechnique traitée et utilisée pour la fabrication d’étoiles souples est à base de nitrate de baryum, de magnésium et de lucovyl. La réaction exothermique serait due à une incompatibilité, en présence d’humidité, entre la composition pyrotechnique et le soufre contenu dans la poudre noire. Une décharge électrostatique est également possible.

Les enseignements tirés de cet accident concernent essentiellement la prévention contre l’électricité statique d’une part (étude d’un système de bidon conducteur permettant l’écoulement des charges lors de l’opération de pralinage et l’utilisation systématique de plateaux métalliques pour le séchage) et l’incompatibilité chimique d’autre part (utilisation d’un code de couleur pour les plateaux et les autres outillages afin de rendre leur emploi spécifique ; stockage des plateaux exclusivement à l’intérieur de locaux fermés afin d’éviter la présence d’humidité atmosphérique). Les consignes et modes opératoires seront modifiés en conséquence.