Pollution
Humain
Environnement
Economique

Durant plusieurs jours, des clients d’un bar et quelques habitants du quartier se plaignent de mauvaises odeurs et de maux de tête. Les pompiers interviennent pour la seconde fois le 20/04 au matin. Un périmètre de sécurité de 500 m est mis en place. Le bar et quelques habitations sont évacués. Pendant toute la journée et le jour suivant, les services concernés (pompiers, l’inspection des installations, les services techniques du gaz et de l’électricité, Compagnie des Houillères, compagnie stéphanoise des eaux, municipalité, …) recherchent en vain la cause des émanations. Des mesures font apparaître des concentrations de CO et des traces d’hydrocarbures. Ces dernières ont pu être identifiées, un spectromètre de masse ayant été engagé en renfort par les marins pompiers de Marseille. Les concentrations de ces substances sont en quantité faible et, a priori, non dangereuse pour les personnes. Les riverains sont autorisés à regagner leurs habitations. Le 22/04, après de nouvelles recherches, il apparaît que les émanations proviennent de la combustion incomplète d’un câble électrique enterré.