Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un incendie se déclare vers 19h45 dans une installation fabrication de lait en poudre. Le chef d’équipe remet en service l’installation de séchage de lait vers 17h15 après avoir remplacé la poudre de lait par celle de petit lait. Deux heures plus tard, la salle de contrôle enregistre une montée en température dans un dépoussiéreur. Le

dispositif d’extinction automatique du filtre se déclenche et l’unité est mise à l’arrêt. Le dispositif d’extinction s’avère insuffisant : des panaches de fumée s’échappent du filtre. Les opérateurs entreprennent de refroidir le système et appellent les pompiers qui arrivent sur site 5 min plus tard. Les pompiers utilisent une colonne sèche ascendante dans la cage d’escalier voisine et maîtrisent l’incendie en 1 h. Les températures dans le filtre ont atteint les 1000 °C. Pour éviter une reprise du feu, les opérations d’extinction et de refroidissement se poursuivent jusqu’à 23h. Aucune victime n’est à déplorer, mais les dommages matériels sont importants et estimés à 0,6 M d’euros.

La cause la plus vraisemblable de l’incendie est la présence d’un feu couvant dans le filtre à manche qui aurait été activé lors des opérations d’arrêt / re-démarrage lors du changement de produit.

L’exploitant renforce ses moyens de détection de feux couvants (modification du dispositif de détection CO en panne, ajout de sondes…). Des pompes (reliées à l’alimentation électrique de secours) sont installées dans chacune des conduites d’eaux d’extinction menant l’une à la tour d’atomisation, l’autre aux filtres à manche, pour augmenter la pression du dispositif d’extinction. Pour garantir l’ouverture des robinets d’extinction incendie à commande pneumatique même en cas de panne d’alimentation en air, un compresseur à air comprimé est installé et relié à l’alimentation électrique de secours. Conformément aux recommandations des pompiers, des flexibles sont installés à chaque étage de l’usine et la conduite de séchage existante a été raccordée au sprinkler. De nouveaux avaloirs sont placés dans le secteur des filtres à manche pour améliorer l’évacuation des eaux d’extinction. Des systèmes de récupération démontables sont installés pour prévenir les dépôts de poudre dans la zone des trous d’homme. Le plan de maintenance du dispositif de détection du CO est renforcé, de même que les procédures d’inspection pour contrôler l’absence de dépôts de poudre. Les employés sont formés. Les checklists, le plan d’urgence, la calibration du système de détection du CO etc. sont documentés dans le système de gestion.