Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une raffinerie, une campagne de travaux est en cours en vue de la pose de clapets de fond sur des sphères de stockage de gaz de pétrole liquéfié (GPL), en service depuis plusieurs dizaines d’années et qui ont été vidées pour l’occasion. Les clapets sont à installer en amont des canalisations de soutirage des sphères (DN 250, Pbutane = 5 bar, Ppropane = 13,7 bar) qui sont déposés à cette occasion. La découpe de la canalisation d’une des sphères, en aval de l’endroit où le clapet doit être installé, permet de détecter une zone d’épaisseur résiduelle très faible. Dans cette zone, la paroi de la canalisation présente une épaisseur de l’ordre de 2 à 3 mm pour une épaisseur nominale de 12,7 mm, soit une perte d’épaisseur de plus de 70 %. La découpe de la canalisation de soutirage d’une deuxième sphère permet d’identifier un défaut du même type. Les défauts, de 13 cm de long sur 3 cm de large, sont tous deux localisés immédiatement en aval du coude de pied de sphère et en amont de la première vanne de sectionnement. Ce défaut n’était pas connu du service inspection de la société. L’exploitant procède au contrôle de l’ensemble des canalisations de sous-tirage du site, et lance une inspection quinquennale de ces lignes de soutirage.
L’opération de mise en place de clapets de fond par l’exploitant (clapet de sécurité à commande hydraulique) était l’aboutissement de demandes insistantes formulées depuis plusieurs années par l’inspection des installations classées (installation d’une vanne ou d’un clapet à sécurité positive en application de l’article 8 de l’arrêté ministériel du 10.05.1993).
Les défauts détectés ne semblent pas d’origine métallurgique : aucune modification n’existant en fond de cavité. La corrosion par cavitation est aussi écartée en raison du diamètre de la canalisation et de la vitesse d’écoulement (entre 0,3 et 1 m/s). Par ailleurs, il est observé que les défauts sont rencontrés sur un coude et des tubes de métallurgies différentes. L’exploitant dirige ses recherches vers des problèmes d’érosion liés à d’anciennes opérations de sablage interne de sphères, l’opérateur ayant pu provisoirement caler la lance de sablage dans le fond de la sphère au cours de ces opérations.
En raison de la gravité potentielle des défauts détectés, une campagne de contrôle nationale est réalisée sur les installations du même type (cf. arrêté ministériel du 19.03.1999). Le même défaut est détecté sur une sphère GPL d’une autre raffinerie française.