Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine récupérant des piles usagées et fabriquant du sulfate de zinc, un feu se déclare la nuit sur un stock de 6 t de piles non triées (piles alcalines, salines, lithium) situé à l’extérieur des bâtiments ; 5 caisses de 1 m³ et 2 big-bags sont concernés. Les pompiers externes maîtrisent rapidement le sinistre. Le chargement et les caisses en matière plastique sont partiellement détruit. Les bâtiments attenants n’ont pas subi de dommages apparents. Une partie des piles est récupérable pour le tri, l’autre sera acheminée vers un centre d’incinération autorisé. Les eaux d’extinction ont été recueillies dans une lagune contenant déjà des eaux pluviales. Des analyses sont effectuées avant déversement éventuel de ces eaux dans le réseau urbain. Pour quantifier le cas échéant les retombées de métaux (mercure, lithium, zinc et manganèse) liées aux fumées, des analyses de sols sont également réalisées sur 9 points de prélèvements situés dans un rayon de 100 m autour de l’établissement ; l’usine dispose à cet effet pour 4 de ces points d’un état zéro qui sera utilisé comme référence. L’exploitant qui exclut tout acte de malveillance, envisage un échauffement local du stock notamment lié à la présence de piles boutons au lithium.