Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une zone marécageuse, un gazoduc se rompt lors d’une opération de refoulement de l’éthylène par de l’azote sous pression en préparation à des travaux de déviation de la conduite nécessités par le passage de l’A46 et du TGV LYON-VALENCE. La pression au moment de l’éclatement est de 91,6 bars (15 bars au dessus de la pression d’exploitation) ; il se forme un cratère de 4 à 5 m de diamètre. Le pipeline voisin (1,87 m) n’est pas endommagé mais 2 de ses cavaliers de lestage en béton sont projetés à plusieurs mètres ainsi que quelques arbres à enracinement réduit. L’origine de la rupture est liée à une empreinte ancienne de 5 à 15 mm de large, 44 cm de long et 4 mm de profondeur, laissée par un engin de terrassement.