Pollution
Humain
Environnement
Economique

A la suite d’un conflit social avec leur employeur pour cause de liquidation judiciaire, 153 salariés licenciés qui occupent la filature de viscose, déversent 5 000 l d’acide sulfurique et des colorants dans un ruisseau traversant l’usine et se déversant dans la MEUSE. Les pompiers parviennent à contenir la pollution avant qu’elle n’atteigne la MEUSE. Un protocole de fin de conflit est signé le 21 juillet. L’usine contient toujours, 3 j après la fin de son occupation, 46 t de sulfure de carbone, 50 000 l d’acide sulfurique et 90 t de soude concentrée. La mise en sécurité du site industriel commence par le traitement de la pollution du ruisseau, la protection des zones de lagunage et le transfert des produits dangereux. Les relevés effectués 2 semaines après le déversement montrent que le ruisseau et les zones de lagunage retrouvent progressivement une acidité conforme à la normale. Le site est surveillé en permanence par une société de gardiennage tandis que la gendarmerie et les pompiers maintiennent un dispositif renforcé de vigilance. Les pompiers, notamment, vérifient toutes les 4 heures la mise en sécurité des produits stockés. Ce déversement d’acide et de colorants n’aura eu qu’un faible impact écologique mais un fort impact médiatique. Ce dernier conduit une équipe de cinéates à tourner un téléfilm en 2004 sur ce sujet sur les lieux même du conflit.