Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une usine de production d’alcool est inondée à la suite d’une violente tempête. Les chais et les stockages extérieurs ne sont pas endommagés, mais des cuves d’acides sulfurique / chlorhydrique et de soude se renversent et se vident dans leurs cuvettes dans un dépôt de produits chimiques en sous-sol. Une entreprise spécialisée pompe les produits chimiques 3 jours plus tard. Les bureaux de l’établissement ont également été atteints entraînant la perte du système informatique et de documents papiers. Le site reste sans électricité 3 jours. L’exploitant installera rapidement son dépôt de produits chimiques sur cuvette de rétention et à l’extérieur des bâtiments.

En plusieurs endroits la digue, côté GARONNE, a été ouverte avant d’être complètement submergée compte-tenu de la hauteur de la surcote de la crue (2,6 m). Une vague de 80 cm a envahi le presqu’ile d’Ambès. La difficulté majeure a été la lenteur avec laquelle l’eau s’est écoulée de la terre vers la DORDOGNE et la GARONNE, le système d’évacuation existant (jalles, portes et vannes) n’ayant pas correctement joué son rôle faute d’un entretien suffisant. Parallèlement, les voies ferrées endommagées sur toute la zone n’étaient toujours pas utilisables 15 jours après la tempête, les équipes chargées du nettoyage et de leur remise en état mettant beaucoup de temps pour accéder aux voies en raison des terrains inondés.

Ces inondations qui ont concerné une dizaines d’entreprises (ARIA 17316 à 17324), ont notamment mis en évidence la vulnérabilité de certains sites SEVESO. Une mise à jour des études de danger et des Plans d’Opération Internes (POI) sera demandée aux différents exploitants sur le risque inondation. La mise en place d’un Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles (S3PI) sur les 4 communes concernées pourrait permettre d’aborder ces différents problèmes avec tous les acteurs concernés.