Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans un dépôt pétrolier, un pipe de 20 cm de diamètre, enterré à 1 m et datant de l’origine du dépôt (env. 20 ans) et non utilisé depuis un an doit servir pour un transfert de d’essence sans plomb entre 2 sociétés stockant des hydrocarbures. Avant le transfert, la canalisation doit être vidangée de l’essence plombée qu’elle contient. L’ouverture de la vanne et donc la mise sous pression afférente (2 bars relatifs) provoque la rupture de la conduite vers 10 h ; 20 m³ sont rejetés. Le super plombé imbibe le sol et provoque des résurgences sur la chaussée et dans le réseau pluvial. La nappe phréatique qui se trouve à quelques mètres de profondeur seulement (proximité du Rhin) est impactée. Le pompage du réseau d’eaux pluviales ne permet de récupérer que quelques centaines de litres d’hydrocarbures. Les pompiers répandent des produits absorbants.

L’exploitant procède dès le lendemain au décapage des terres polluées qui sont stockées sur une zone étanche pour traitement, à un pompage de rabattement pour récupérer le surnageant et à l’installation de 4 piézomètres de suivi de la nappe phréatique. Un suivi est effectué 4 fois par an depuis l’accident. Une déchirure du pipeline au niveau d’une soudure suite à des travaux souterrains antérieurs est la cause supposée de la fuite.