Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un incendie se déclare dans une usine de fabrication de peintures et de solvants. Le feu démarre sur une piste de manutention de produits inflammables alimentant l’atelier de vernis cellulosique et se propage aux 3 bâtiments voisins : le petit bâtiment de stockage, l’atelier de vernis cellulosique et l’atelier de broyage où sont entreposés les pigments (mélanges de sulfochromate de plomb et chromo-molybdate de plomb). Les pompiers protègent les autres bâtiments et les dépôts de solvants et mettront plus de 2h à circonscrire l’incendie, les ressources en eau étant insuffisantes. Le feu aurait pris à l’arrière d’un chariot pendant la manutention d’un conteneur. L’agent, constatant la présence de flammes, dépose rapidement le conteneur sur la piste et se gare entre l’atelier de fabrication de vernis et l’atelier de broyage. Le conteneur prend feu et l’incendie se propage à l’ensemble du stockage de la piste. Le chariot prend feu lui aussi et entraîne l’incendie des 2 bâtiments, l’atelier de broyage étant touché par le rayonnement thermique. Les eaux d’extinction chargées en pigments et non confinées, rejoignent le canal de la DEULE. 2 obturateurs seront placés tardivement sur les canalisations de rejet des eaux pluviales. L’exploitant fait appel à une société extérieure pour nettoyer le site. Une CMIC analyse les fumées qui ne révèlent pas de pollution significative. Le redémarrage des parties détruites ou endommagées n’aura lieu que sous conditions.